Le jour où j’ai voulu couper les cheveux de Hibou

Capture d'écran 2014-07-04 15.54.08

Je sais pas vous, mais moi, quand mon bébé est né, il est arrivé avec genre, THE touffe de cheveux (qu’il tient certainement de son Papa). Ceci dit, ce n’était pas une grande surprise puisqu’à la dernière échographie, quand j’avais demandé au médecin « et là, ça c’est quooooiii ? », elle m’avait regardée et répondu en souriant « ça, ce sont ses cheveux qui s’agitent dans le liquide amniotique ». Ouaaaaah génial, un chevelu donc.

Les jours, les semaines, les mois passant, voilà mon Hibou avec une coupe mulet inversée. Si, si c’est possible : cheveux court à l’arrière du crâne et longs partout ailleurs. Sur les côtés, sur le devant, bref, une coupe qui ressemble encore moins « à rien » que celle de MacGyver (si tu ne te souviens pas, regarde-donc par ici). Lire la suite

Publicités

Le jour où j’ai voulu lire une histoire à Hibou

Un jour, Hibou et moi on s’ennuyait ferme à la maison. A cause de la pluie, on ne pouvait pas sortir (va te balader avec un porte-bébé et un parapluie, ou avec la poussette et PAS de parapluie… => FBI = Fausse Bonne Idée) et on avait déjà joué avec Sophie la girafe, la super Souris de Tante Popi, le ballon en tissu, les cubes, la voiture à friction, le singe parlant… j’en passe et des meilleures.

 

Tout à coup, c’est l’illumination : bon sang, mais c’est bien sûr ! « Mon petit Hiboubou, je vais te lire une histoire ! » Regard vide du Hibou qui visiblement s’en tamponne comme de l’an 40… « Mais siiii, tu vas voir, c’est super les histoires ! » Ni une, ni deux, on s’assoit confortablement tous les deux, et je prends dans sa bibliothèque le premier petit livre qui me tombe sous la main. J’aurais mieux fait de me casser le poignet… Lire la suite

Le nombril du monde (enfin, du Hibou)

Comme chacun sait, quand bébé est dans le ventre de sa maman, bien au chaud, il est nourrit, oxygéné, hydraté et que sais-je encore, par l’intermédiaire du cordon ombilical. Magnifique appendice (Chouchounette si tu me lis, je te dédie cette ligne), qui une fois coupé à la naissance, laisse place quelques jours après au nombril.

Moi, mon nombril, il est tout pourri. Normal, ma maman débutante -je suis l’aînée- a tiré sur le petit bout qui restait après une semaine, trouvant anormal qu’il ne soit pas tombé de lui-même. Je vous rassure, j’ai pas dû souffrir (et de toutes façons, je m’en souviendrais pas, même si c’était le cas) et je suis pas non plus infirme du nombril, hein. Il sort juste un peu. Oui, mais moi, du coup, j’ai toujours secrètement jalousé les personnes qui ont un joli petit puits sans fond au milieu du bidou. D’ailleurs, un de mes jeux favoris consiste à enfoncer mon doigt dans le nombril de Papounet, que ça insupporte profondément… Mais on s’égare, là ! Lire la suite