Défense de taguer (ou pas)

Chers amis NON blogueurs qui allez lire ce post, laissez-moi vous préciser le contexte. En ce moment, un petit jeu tourne sur la blogo (sphère, ndlr) pour mieux se (faire) connaître. Rien à voir avec un resto ou à l’eau, ou ta photo ou un resto. Non, ce sont juste des petites questions, à base de « dis-moi quel est ton film préféré, je te dirai qui tu es », ce genre de choses. Une blogueuse (va savoir pourquoi, ce jeu semble être un truc de nana, je comprends pas…) te tague, et toi, tu réponds et tu tagues à ton tour d’autres blogueuses. Understand, understood ? Lire la suite

Publicités

Le coup de gueule de 18h23

stockvault-doll-close-up152462Ceux qui me connaissent bien vous le diront, je suis pas féministe pour 2 sous. Loin de moi l’idée de devenir une chienne de garde, parce que je ne pense pas vraiment que cela fasse avancer le schmilblick. Pas féministe, certes. Mais il y a quand même des choses qui m’insupportent (vous l’avez déjà remarqué, ce n’est pas mon premier coup de gueule ici). Et cette fois-ci, c’est une remarque anodine et intrinsèquement liée à notre condition de femme qui m’a fait sortir de mes gonds.

 

Je m’explique : l’autre jour, je papotais avec ma copine Lisou. Mon Lisou, comme je l’appelle, est une fille absolument extraordinaire que j’ai rencontrée dans mon autre vie, celle d’attachée de presse. Et si moi je suis passée d’attachée de presse à maman, elle, elle a opté pour un changement encore plus radical, elle a décidé de devenir comique. Le métier, hein. Parce que comique, le trait de caractère, elle l’était déjà. C’est dans ses gènes, je crois. Du coup, elle s’est inscrite à la LOL Academy, pour apprendre tout ce qu’il y a à savoir sur comment gagner sa vie en faisant rire les gens.

Bref, je discutais avec elle d’un de ses sketches qu’elle a présenté au directeur de son école (non, ce n’est pas Alexia de la Roche Joubert) lors de ses évals (Oui, Kamel Ouali, Raphie, Armande Altaï et Tiburce étaient là). Skecth qu’apparemment Monsieur n’aurait pas apprécié, disant au final à Lisou de le jeter aux oubliettes. Bien sûr, tout le monde n’a pas le même humour et on ne rit pas tous des mêmes choses. Heureusement, sinon on s’ennuirait ferme. Moi-même, je suis plus Gad Elmaleh que Jean-Marie Bigard. Mais revenons-en au fait. Ce qui me dérange dans tout ça, ce n’est pas tant qu’il n’ait pas apprécié l’humour de Lisou (qui, croyez-moi, est vraiment très drôle), mais plutôt la raison invoquée.

Il s’avère que ce sketch parle d’une chose que nous avons toutes ET tous en commun : la merde. Oui, le caca, la crotte, bref, vous avez compris. Alors, oui, on peut se dire que ça ne vole pas très haut (encore que moi qui connais ce sketch, je peux vous dire qu’il est hilarant), mais Jean-Marie Bigard ne remplit-il pas des stades en parlant de moule et de nichons ? Figurez-vous que Monsieur le Directeur a osé dire à Lisou : « Une femme ne peut pas dire couler un bronze ; une femme, ça doit rester glam' ».

Pardon ? J’hallucine là ! Il connait Florence Forresti, le monsieur ? Parce que, quand elle raconte les histoires de Tata Kronenbourg ou qu’elle se mime en train de promener son chien avec la gueule de bois et les cheveux hirsutes, elle est tout sauf glam. Et c’est bien ça qui nous fait rire. Enfin moi, en tout cas. Et que dire d’Anne Roumanoff ou Muriel Robin qui ne font pas toujours dans la dentelle ? Pour moi, l’important c’est d’être soi-même, et a fortiori quand on est un artiste et que son job consiste à mettre ses tripes sur scène. Lorsqu’on croise un artiste qui ne se révèle pas, ou qui se contient, en général, c’est raté.

Homme, ou femme, si on a envie de parler de quelque chose, on le fait, un point c’est tout. Depuis quand les vannes pipi-caca-prout sont l’apanage exclusif du sexe « fort » ? Si j’en crois ce raisonnement, on devrait se contenter de causer Barbies, cheveux, vernis à ongles et sacs à main ? Une fois de plus, je dis NON. Nous aussi, on peut avoir un humour gras, nous aussi on peut avoir envie de se taper la cuisse et même, tenez-vous bien, de s’en jeter un derrière la cravate, non mais OH ! Et même sans ça, si une femme n’est pas glam’, ça veut dire quoi ? Qu’elle n’est pas femme ? Parce que dans le genre anti-glam, je ne suis pas la dernière. Et pourtant, je ne me fais pas non plus l’effet d’être un camionneur ! Je suis femme parce que je me sens femme, pas parce que je mets du mascara (d’ailleurs si tu as bien suivi, tu sais que je n’ai plus le temps depuis l’arrivée du Hibou-ouh-ouh) et un peu de gloss.

 

Tout ça pour dire qu’on est qui on est, et que ça me gonfle quand on essaie de faire rentrer les gens dans des cases. Ne pas aimer un sketch pour ce qu’il contient, oui. Ne pas l’aimer parce que c’est une femme qui en est l’auteure et l’interprète, non !

 

Ah, et si vous voulez aller voir Lisou en pestacle -ce que je vous conseille vivement – sachez qu’elle jouera pendant tout l’été sur Le BIG SHOW, un plateau d’humoristes où c’est vous, spectateurs, qui avez le pouvoir de voter pour votre humoriste préféré. Elle y sera les 4, 5, 11, 12, 18, 19, 25, 31 juillet et 14, 15, 16, 23, 28 et 29 août ! Pour réserver, c’est ici : http://www.billetreduc.com/106486/evt.htm Allez, qu’est-ce que vous attendez ?!